Blog

  • Une charogne

    Rappelez-vous l’objet que nous vîmes, mon âme,
    Ce beau matin d’été si doux:
    Au détour d’un sentier une charogne infâme
    Sur un lit semé de cailloux,

    Lire la suite

  • Au lecteur

    La sottise, l'erreur, le péché, la lésine,
    Occupent nos esprits et travaillent nos corps,
    Et nous alimentons nos aimables remords,
    Comme les mendiants nourrissent leur vermine.

    Lire la suite

  • Hymne à la beauté

    Viens-tu du ciel profond ou sors-tu de l'abîme,
    Ô Beauté ! ton regard, infernal et divin,
    Verse confusément le bienfait et le crime,
    Et l'on peut pour cela te comparer au vin.

    Lire la suite

  • L'idéal

    Ce ne seront jamais ces beautés de vignettes,
    Produits avariés, nés d'un siècle vaurien,
    Ces pieds à brodequins, ces doigts à castagnettes,
    Qui sauront satisfaire un coeur comme le mien.

    Lire la suite

  • Parfum exotique

    Sonnet.

    Quand, les deux yeux fermés, en un soir chaud d'automne,
    Je respire l'odeur de ton sein chaleureux,
    Je vois se dérouler des rivages heureux
    Qu'éblouissent les feux d'un soleil monotone ;

    Lire la suite

  • La beauté

    Sonnet.

    Je suis belle, ô mortels ! comme un rêve de pierre,
    Et mon sein, où chacun s'est meurtri tour à tour,
    Est fait pour inspirer au poète un amour
    Éternel et muet ainsi que la matière.

    Lire la suite

  • Voici que la saison décline

    Voici que la saison décline,
    L'ombre grandit, l'azur décroît,
    Le vent fraîchit sur la colline,
    L'oiseau frissonne, l'herbe a froid.

    Lire la suite

  • Enthousiasme

    En Grèce ! en Grèce ! adieu, vous tous ! il faut partir !
    Qu'enfin, après le sang de ce peuple martyr,
    Le sang vil des bourreaux ruisselle !
    En Grèce, à mes amis ! vengeance ! liberté !
    Ce turban sur mon front ! ce sabre à mon côté !
    Allons ! ce cheval, qu'on le selle !

    Lire la suite

  • Demain, dès l'aube...

    Demain, dès l'aube, à l'heure où blanchit la campagne,
    Je partirai. Vois-tu, je sais que tu m'attends.
    J'irai par la forêt, j'irai par la montagne.
    Je ne puis demeurer loin de toi plus longtemps.
     

    Lire la suite

  • À une jeune fille

    Vous qui ne savez pas combien l'enfance est belle,
    Enfant ! n'enviez point notre âge de douleurs,
    Où le coeur tour à tour est esclave et rebelle,
    Où le rire est souvent plus triste que vos pleurs.

    Lire la suite