Les relations entre l’OTAN et l’Albanie

Les relations entre l’OTAN et l’Albanie

L’OTAN et l’Albanie collaborent dans plusieurs domaines, en particulier la réforme des secteurs de la défense et de la sécurité, ainsi que l’approfondissement de la réforme démocratique et institutionnelle. En avril 2008, l’Albanie a été invitée à entamer des pourparlers d’adhésion en vue de devenir membre de l’Alliance. Les protocoles d’accession ont été signés le 9 juillet 2008. L'Albanie est officiellement devenue membre de l'OTAN le 1 avril 2009.

Pendant la période qui précède l’adhésion, l’OTAN a associé l’Albanie à ses activités dans toute la mesure possible, et elle continué de lui fournir soutien et assistance, notamment au travers du plan d’action pour l’adhésion.

Au delà de l’attention particulière accordée à la réforme, le soutien du pays aux opérations dirigées par l’OTAN constitue un autre domaine important de coopération. L’Albanie contribue actuellement à la Force internationale d'assistance à la sécurité (FIAS) en Afghanistan, et ce depuis 2003. Dans le passé, elle a contribué à la Force de stabilisation (SFOR) en Bosnie-Herzégovine. Par ailleurs, elle a soutenu les opérations alliées de maintien de la paix au Kosovo en accueillant un commandement de soutien logistique, qui est devenu, en 2002, un quartier général militaire régional, le QG de l’OTAN à Tirana.

Cadre de la coopération

Jusqu'à l’adhésion de l’Albanie à l’Alliance, la coopération entre ce pays et l’OTAN s’inscrivait dans le cadre du plan d’action pour l’adhésion (MAP). C’est dans ce cadre que l’Albanie définit ses plans et son calendrier de réforme dans son programme national annuel (ANP). Parmi les domaines clés figurent les réformes des secteurs politique, militaire et de la sécurité. L’Albanie s’efforce en priorité de respecter les normes démocratiques et de favoriser la réduction de la corruption, la lutte contre la criminalité organisée, la réforme du système judiciaire, l’amélioration de l’administration publique et la promotion des relations de bon voisinage. Les Alliés communiquent en retour des informations sur les réformes envisagées et évaluent la mise en œuvre de celles-ci.

Jusqu’au sommet de Bucarest, où l’Albanie a été invitée à rejoindre l’Alliance, des équipes de l’OTAN se rendaient en Albanie pour rédiger un rapport sur l’état d’avancement de la mise en œuvre de l’ANP, et faire éventuellement des recommandations sur les mesures à prendre. Ces mesures étaient agréées par les Alliés, puis examinées par le Conseil de l’Atlantique Nord avec des représentants de l’Albanie à une réunion de haut niveau, à la fin du cycle. Les réformes techniques plus spécifiques dans le domaine de la défense ont fait l’objet de débats et d’une évaluation en parallèle dans le cadre du processus de planification et d'examen (PARP) du Partenariat pour la paix, par lequel le pays a accepté des objectifs de planification, ou objectifs du Partenariat, dans toute une série de domaines de capacités de défense. Suite à l’invitation lancée au sommet de Bucarest, les travaux menés avec l’Albanie dans les domaines de la réforme de la défense et de la planification de défense ont été progressivement axés sur les modalités qui s’appliquent aux Alliés.

Par ailleurs, l’Albanie coopère avec les pays de l’OTAN et du Partenariat pour la paix (PPP) dans d’autres domaines très diversifiés au travers du programme du PPP et du CPEA. Elle adapte sa participation au programme du PPP par le biais d’un programme annuel de partenariat individuel, en choisissant les activités qui l’aideront à atteindre les objectifs qu’elle s’est fixés dans son programme annuel.

Domaines clés de la coopération

La coopération dans le domaine de la sécurité

En 1999, l’Albanie a apporté une contribution importante aux efforts déployés par l’Alliance pour mettre fin à la tragédie humanitaire au Kosovo et pour garantir la paix après la campagne aérienne. Le pays a autorisé les Alliés à installer un centre de commandement de soutien logistique à Tirana pour les besoins des opérations de maintien de la paix au Kosovo. En 2002, l’OTAN a établi un quartier général militaire régional à Tirana (QG de l’OTAN à Tirana), qui a été intégré aux structures de la KFOR, dirigée par l’OTAN. Par ailleurs, l’Albanie a offert son aide aux pays alliés pour les opérations de stabilisation menées dans l'ex-République yougoslave de Macédoine1 entre 2001 et 2003.

Des forces albanaises se sont jointes aux forces alliées opérant en Afghanistan. Actuellement, l’Albanie met 135 militaires à la disposition de la FIAS au sein des contingents turc et italien. En outre, quatre membres des services de santé ont intégré une équipe médicale multinationale, composée de personnel venant des trois pays du MAP. Ces personnes ont rejoint la FIAS en août 2005, au sein d’un contingent tchèque.

Des forces albanaises ont également travaillé aux côtés des forces alliées dans le cadre des opérations de maintien de la paix en Bosnie-Herzégovine. Un contingent albanais s’est associé aux opérations en 1996. Aujourd’hui encore, le pays continue de contribuer à l’opération Althea de l’Union européenne, qui a remplacé la SFOR, dirigée par l’OTAN, en novembre 2007. L’Albanie se prépare à contribuer à l’opération Active Endeavour, l'opération de lutte contre le terrorisme menée par l'OTAN en Méditerranée.

L’Albanie a recensé plusieurs unités disponibles pour des opérations, des activités de formation et des exercices en coopération avec l’OTAN, dans le cadre du PPP. Parmi ces unités figurent une compagnie d’infanterie à haut niveau de préparation, une compagnie de commandos, comprenant des éléments des forces spéciales, ainsi qu’un soutien médical, une section du génie et une section de police militaire. Le pays a également participé à plusieurs exercices et activités au titre du PPP, qu’il a accueillis sur son territoire.

L’Albanie participe à la lutte contre le terrorisme au travers du plan d'action du Partenariat contre le terrorisme. Il s’agit notamment de partager avec l’OTAN les données du renseignement et les analyses, de renforcer les capacités nationales de lutte contre le terrorisme et d’améliorer la sécurité aux frontières.

La réforme du secteur de la défense et de la sécurité

L’OTAN soutient le vaste processus de réforme démocratique et institutionnelle mis en œuvre en Albanie, qui est présenté dans l’ANP. L’Alliance et les pays alliés à titre individuel possèdent des compétences considérables dans les secteurs de la défense et de la sécurité, en particulier, dont l’Albanie pourra bénéficier. Le QG de l’OTAN à Tirana constitue une enceinte privilégiée pour les consultations bilatérales et les avis sur la mise en œuvre de la réforme des secteurs de la sécurité et de la défense.

L’une des priorités de l’Albanie est de préserver le contrôle démocratique des forces armées. Dans cette optique, elle a souscrit aux objectifs du plan d'action du Partenariat pour l'établissement d'institutions de défense, et doit s’efforcer de promouvoir un contrôle judiciaire efficace, de fournir des dispositifs de commandement appropriés et de permettre des consultations à plus grande échelle.

La participation du pays au PARP depuis 1999 a permis de développer la capacité de coopération de ses forces avec l’OTAN. Le PARP est un élément clé de la coopération dans le cadre du MAP. Il détermine un cadre dans lequel l’Albanie peut coopérer avec les pays alliés pour atteindre l’interopérabilité avec l’OTAN. Des consultations sont en cours sur la modernisation des systèmes de communications civils et militaires, des systèmes de surveillance, des unités maritimes et de la logistique, entre autres.

L’Albanie a adhéré au concept de capacités opérationnelles (OCC) en 2005. L’OCC est un mécanisme qui permet d’évaluer les unités disponibles pour des opérations PPP et de mieux les intégrer aux forces de l’OTAN, en vue d’une plus grande efficacité opérationnelle.

Les plans civils d'urgence

L’Albanie accroît ses capacités en matière de gestion des catastrophes et de plans civils d’urgence en coopérant avec l’OTAN et en prenant part aux activités organisées par le Centre euro-atlantique de coordination des réactions en cas de catastrophe (EADRCC). Elle participe également aux travaux du Haut Comité pour l’étude des plans d’urgence dans le domaine civil.

La science et l’environnement

Dans le cadre du programme pour la science au service de la paix et de la sécurité (programme SPS), l’Albanie a reçu des subventions pour plus de vingt projets de collaboration scientifique et environnementale. Bon nombre d’activités visent à soutenir les efforts de réforme et d’interopérabilité de l’Albanie.

Parmi les projets figurent des études menées en collaboration pour renforcer et promouvoir la coexistence des religions et la tolérance, des études visant à surmonter les difficultés de la mise en réseau sécurisée, et la création de centres d'alerte et de réaction aux attaques informatiques.

La diplomatie publique

Dans le cadre du MAP, les efforts de diplomatie publique ont principalement pour but de mieux faire connaître le fonctionnement de l’Alliance au grand public, d’aider celui-ci à mieux comprendre les droits et les devoirs liés au statut de membre, et de promouvoir une perception réaliste de l’organisation. Les activités de diplomatie publique ont également pour objet de développer et d’entretenir des liens avec les acteurs de la société civile, ainsi que de faciliter la conduite, dans le pays, d’activités et de programmes en rapport avec la sécurité. La Division Diplomatie publique de l’OTAN, comme les différents pays alliés et partenaires, joue un rôle clé dans ce domaine.

Des groupes de leaders d’opinion albanais sont régulièrement invités au siège de l’OTAN et au Grand Quartier général des puissances alliées en Europe (SHAPE). L’Albanie a organisé des séminaires et des conférences. Une « semaine OTAN », durant laquelle des tables rondes entre universitaires et des conférences ont été organisées, a eu lieu en 2007.

Évolution des relations

Les premiers rapports entre l’OTAN et l’Albanie remontent à 1992, année où l’Albanie a rejoint le Conseil de coopération nord-atlantique (remplacé en 1997 par le Conseil de partenariat euro-atlantique (CPEA)). Les relations se sont intensifiées lorsque le pays a adhéré au Partenariat pour la paix (PPP), en 1994. L’Albanie a apporté une contribution importante aux efforts déployés par l’Alliance pour mettre fin à la tragédie humanitaire au Kosovo et pour garantir la paix après la campagne aérienne. La coopération bilatérale s’est mise en place progressivement compte tenu des aspirations du pays à l’adhésion et de sa participation au MAP depuis avril 1999. Depuis le début, le monde politique et l’opinion publique sont très favorables à l’adhésion (plus de 95 pour cent de la population se déclarent en faveur de l’adhésion). En avril 2008, l’Albanie a été invitée à entamer des pourparlers d’adhésion avec l’Alliance. Les Alliés ont signé les protocoles d’accession de l’Albanie au Traité de l’Atlantique Nord le 9 juillet 2008 et le processus de ratification est en cours. Il est prévu que ce processus soit achevé à temps pour le sommet de Strasbourg-Kehl, de sorte que l’Albanie puisse y participer en tant que membre de plein droit de l’Alliance.

Le QG de l’OTAN à Tirana, établi en 2002 dans le but de soutenir le commandement et le contrôle de la Force pour le Kosovo (KFOR), offre également des avis, une assistance et un appui au gouvernement albanais pour la réforme de la défense.

Les grandes étapes
1992 L’Albanie devient membre du Conseil de coopération nord-atlantique, récemment créé, remplacé en 1997 par le Conseil de partenariat euro-atlantique (CPEA).
1994 L’Albanie adhère au Partenariat pour la paix (PPP).
1996 Des forces albanaises rejoignent la force de maintien de la paix dirigée par l’OTAN en Bosnie-Herzégovine (SFOR).
1999 L’OTAN établit une base logistique à Tirana pour les besoins des opérations alliées au Kosovo.
2000 L’Albanie organise les exercices PPP « Adventure Express » (avril) et « Cooperative Dragon » (juin).
2001 L’Albanie organise la première phase de l’exercice PPP « Adventure Express 01 » en avril et en mai.
2002 Le QG de l’OTAN à Tirana est créé pour aider le pays à mettre en œuvre la réforme de ses capacités de défense ainsi que pour participer au commandement et au contrôle de la KFOR.
2003 Des forces albanaises se déploient à l’appui de la Force internationale d'assistance à la sécurité (FIAS), dirigée par l’OTAN, en Afghanistan.
2005 L’Albanie adhère au concept de capacités opérationnelles (OCC).
  Une équipe médicale conjointe des trois pays participant au MAP rejoint, au mois d’août, les forces dirigées par l’OTAN en Afghanistan.
  L’Albanie organise l’exercice PPP « Cooperative Engagement 05 » (septembre).
2007 Une réunion du Groupe consultatif de la politique atlantique du CPEA se tient en mai à l’invitation de l’Albanie.
  L’Albanie organise les exercices PPP « Cooperative Longbow 07 » et « Cooperative Lancer 07 ».
2008 En avril, l’Albanie est invitée à entamer des pourparlers d’adhésion avec l’Alliance.
  Les Alliés signent les protocoles d’accession de l’Albanie au Traité de l’Atlantique Nord le 9 juillet 2008.
2009 L’Albanie adhère à l’Alliance le premier avril 2009.

©

 
Asnjë vlerësim. Bëhu i pari që e jep atë!

Komentet

Abonohu:
Adresa e-mail